Top des ventes Livres

Voir la liste

LIVRES > Littérature > Littérature Essai >LES AMOURS MASCULINES DE NOS GRANDS HOMMES

Retour à la liste >


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • (0)
 

LES AMOURS MASCULINES DE NOS GRANDS HOMMES

LARIVIERE MICHEL

LA MUSARDINE

Référence : P00307N2
Télécharger au format pdf sans drm 15.99€
 

Autres formats :

 


Où l’on apprend avec stupeur que certaines des plus belles pages d’amour de la littérature s’adressaient en fait à des hommes… 
Que les plus grands rois de l’Histoire n’avaient cure de leurs épouses sauf à fin de lignée à perpétuer… 

Grâce au long et patient travail de recherche et d’érudition de Michel Larivière, voici enfin levé le voile pudique que l’Histoire, la censure et leurs propres familles avaient jeté sur la vie sexuelle réelle des plus grands hommes. Dans une ambiance à mi-chemin entre le ton docte d’un Lagarde et Michard et le croustillant d’une rubrique people, on ne peut qu’être fascinés par ces deux mille ans de silence et de dissimulation qui s’envolent en fumée, preuves à l’appui…
À une époque où, malgré le « mariage pour tous », s’exhalent encore des relents d’homophobie, Les Amours masculines de nos grands hommes est un livre indispensable pour combattre les idées fausses, les mensonges par omission, les efforts de ceux qui continuent à censurer l’homosexualité dans l’Histoire. Et pour ouvrir notre regard sur des horizons nouveaux et des lectures revisitées… 

Depuis 1982, Michel Larivière se consacre pleinement à ses recherches sur l’homosexualité. Il a déjà fait paraître de nombreux ouvrages sur le sujet (Les Amours masculines, anthologie de l’homosexualité dans la littérature, 1984, À poil et à plume et Pour tout l’amour des hommes, 1998). 

« La censure a pesé si fort que certains faits demeurent encore cachés. Cette censure de l’homosexualité a trop duré. Saviez-vous que Flaubert et Balzac étaient bisexuels ? Le sexe n’est pas ce qui importe le plus dans les découvertes de Larivière, mais l’apport à la culture par la vérité débarrassée de tout malaise. » 
Bertrand Poirot-Delpech, de l’Académie Française