Top des ventes Livres

Voir la liste

LIVRES > > >CINE A MATEURS

Retour à la liste >


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • (0)
 

CINE A MATEURS

RAZAT CLAUDE

Brigandine

MEDIA 1000

Référence : R00063N
Télécharger au format epub sans drm 4.49€
 
 


« La Brigandine », c’est le joli nom d’une maison d’édition qui, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, publie (vraisemblablement sous l’impulsion d’Henri Veyrier) des romans populaires à coloration érotico-pornographique. Les auteurs de la Brigandine se parent de pseudonymes parfois exotiques : Georges le Goulpier, Hurl Barbe, Gilles Soledad… Derrière ces noms énigmatiques se cachent des écrivains connus, comme Raoul Vaneigem ou Jean-Pierre Bouyxou. Les titres sont volontairement potaches, parodiant de grandes œuvres de la littérature (Cime et châtiment...) ou jouant sur les mots (La Loque à terre…). Le ton est très libre, militant parfois : dans le catalogue de la Brigandine se mêlent pornographie libertaire, théories situationnistes et délires surprenants… Détonnant mélange ! Ces romans sont destinés aux amateurs d’érotisme et de contre-culture. Les histoires sont souvent entraînantes, et ponctuées de scènes pornographiques pour le moins émoustillantes… Ajoutez une touche d’humour et une note contestataire : le tour est joué ! L’aventure, d’assez courte durée, laisse un catalogue d’environ 140 titres, aujourd’hui recherchés par les collectionneurs. 

— Te laisser partir ? Tu plaisantes, grosse putain puante ! La farce ne fait que commencer ! À nouveau la caméra ronronna. Il revint vers elle, une cravache à la main. — Tu vas payer tes immondes péchés par la souffrance, gueuse ! Je vais faire partir le démon de la lubricité de ta carcasse de chienne en rut ! Il la cingla au visage, puis aux seins, au ventre, la zébrant de rouge. Elle hurlait. — Gueuse, se réjouit-il, vas-y ! Personne ne peut t’entendre et j’aime ça ! Il lui frappa les cuisses, lacérant les bas. Elle se raidit, essayant de résister à la douleur. — Allons, s’impatienta Sidoine, gueule ! Je veux t’entendre hurler, femelle !