Top des ventes Livres

Voir la liste

LIVRES > Littérature > Romans >LA DEBAUCHE

Retour à la liste >


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • (0)
 

LA DEBAUCHE

ESPARBEC

LA MUSARDINE

Référence : P00378N
Télécharger au format epub sans drm 9.99€
 

Autres formats :

 


Imaginez un jeune homme qu’on éjecte d’un pensionnat religieux parce qu’il s’y comporte fort mal. Ses parents, n’en voulant plus, le confient à son frère aîné âgé de vingt ans de plus que lui, et chez qui il fait connaissance de sa belle-sœur… Laquelle aurait l’âge d’être sa mère. L’âge seulement, parce que sinon la funeste Armande, femme perverse jusqu’à la moelle, n’a vraiment rien de maternel. Ce serait plutôt le genre marâtre… et obsédée sexuelle. 
« Tiens, tiens, se dit cette mégère, en voyant débarquer le novice. Un grand dadais, un puceau attardé ! Ma foi, pourquoi ne pas nous distraire avec lui ? » Vous allez lire le récit de ces « distractions ». Et ne vous attendez surtout pas à rigoler ! 

Ayant écrit une centaine de « romans de gare » et « produit » dans son atelier près d’un millier, Esparbec est remarqué par Jean-Jacques Pauvert qui édite La Pharmacienne dans la collection qu’il dirige à La Musardine. En 1998, un récit autobiographique, Le Pornographe et ses Modèles, attire l’attention de la critique. Quant à La Pharmacienne, il devient en quelques mois un « livre culte ». 
D’autres romans vont suivre, où sa verve « démoniaque » se donne libre cours : La Foire aux cochons, Les Mains baladeuses, Amour et Popotin, Le Goût du péché, Monsieur est servi, La Jument, Le Bâton et la Carotte, Frotti-Frotta, Le Fruit défendu, Les Biscuitières

« Le plus emblématique des pornographes contemporains. », Le Monde 
« Le porno réclame d’être décoré, bien fourni en préliminaires. Et c’est en raccrochant ses livres à cet art du superflu ­qu’Esparbec livre des romans pornographiques très divertissants. », Les Inrockuptibles 
« De longues et minutieuses descriptions, une insistance obsessionnelle dans celles des sexes de femmes, des actes sexuels divers décrits avec une grande véracité physiologique et le refus systématique de toute exagération métaphorique. », Brain Magazine